.

Il se dit que l'on trouve à Tenerife 80% des divers éléments volcaniques du monde entier.

 

La configuration actuelle de Tenerife est le résultat d'une activité volcanique qui s'est déroulée, avec des interruptions plus ou moins longues depuis le Miocène (-23 Ma) jusqu'a nos jours.

 

L'océan atlantique s'est ouvert suite à la fragmentation du supercontinent Pangée il y a à peu près 200 millions d'années. Les mouvements incessants des plaques tectoniques ont généré dans cet océan et notamment dans des zones dites intra-plaques une intense activité éruptive sous-marine. L'accumulation de matériels volcaniques dans l'océan a provoqué, il y a 12-7 millions d'années l'émergence de grands édifices qui constituent les massifs les plus anciens de Tenerife : Teno à l'ouest,  Anaga à l'est et Adeje au centre-sud. Les roches de ces édifices appartiennent à la Série I ou Serie Basaltica Antigua.

Pendant des millions d'années se sont succédées des périodes éruptives de divers types et des périodes "plus calmes" pendant lesquelles le vent et les pluies ont érodé les reliefs et façonné les barrancos (ravins) qui se rencontrent sur tout le pourtour de l'île.

Entre 3 Ma et 2Ka, sur le socle érodé du bouclier central, se sont élevés des édifices tellement énormes qu'ils ont connu des phénomènes de déstabilisation et d'effondrement gravitaires entrainant la formation des vallées de Icod, Guimar et La Orotava. On en trouve toujours les débris sur les fonds marins. Ces événements se sont déroulés en 3 phases qui portent les noms de Cañadas I, Cañadas  II et Cañadas III. Les phénomènes volcaniques de cette dernière phase sont à l'origine des paysages arides du sud de l'île (Banda Sur) et de l'écroulement de l'édifice Cañadas III qui a donné  naissance à la Caldera de Las Cañadas.

Plateau de 20 km de long sur 17 km de large, cette immense  caldera se situe à une altitude variant de 2.000 m à 2.300 m. Elle comporte de nombreux volcans de cendres ou de pierres ponces comme la Montaña Blanca et est entourée par des vestiges des édifices Cañadas dont la Montaña de Guajara au sud, falaise de 600 m de haut, culminant à environ 2.717 m. De même, dans le fond de la caldera se trouvent les Roques de Garcia, restes d’un des stratovolcans Cañadas qui ont résisté aux effondrements et à l’érosion.
Le Teide, stratovolcan de type Vésuve, s'élève à 3.715 m au-dessus de niveau de la mer (selon une nouvelle mesure de l'IGN en 2019) mais a une hauteur totale de 7.500 m approximativement à partir du fonds océanique. Il s'est édifié en plusieurs phases après l'écroulement de Cañadas III, il y a environ 200 Ka. Autour du cratère qui n'a que 40 m de diamètre, les fumerolles chargées de soufre, sont le signe d’une activité persistante du volcan.
C'est à cette même époque que s'élève, à l'ouest du Teide, le Pico Viejo ou Montaña Chahorra. Ce stratovolcan d'une altitude de 3.510 m possède un cratère de 800 m de diamètre. En 1798, des coulées  de laves noires se sont produites sur son flan, donnant naissance aux Narices del Teide.

La configuration geo-tectonique de Tenerife  en trois axes Nord-Est, Nord-Ouest et Nord-Sud permet de comprendre l'existence des dorsales, chaînes de volcans, à l'est, à l'ouest et au sud du Teide. Elles se constituées depuis 1 Ma. La dernière éruption sur la dorsale ouest et la dernière de Tenerife est celle du Chinyero en 1909. C'est l'éruption de Boca Cancrejo sur cette même dorsale que Christophe Colomb aurait vue en août 1492.

Parmi les innombrables éruptions qui se sont produites sur l'île, certaines, documentées, sont les éruptions historiques :

  • éruption de Boca Cangrejo en 1492 qui aurait été vue par Christophe Colomb et notée dans son journal de bord
  • éruptions des années 1704 et 1705 avec construction de trois volcans: Siete Fuentes, Fasnia et Montaña de Las Arenas.
  • éruption de Garachico (ou Trevejo ou Arenas Negras) en 1706 qui a détruit le port et une partie de la ville de Garachico, alors première ville commerciale de Tenerife.
  • éruption de Chahorra (ou Narices del Teide) sur le flan sud du Pico Viejo en 1798 qui a duré trois mois, générant des coulées de lave très noire.
  • éruption du Chinyero en 1909 qui a duré 10 jours,

On notera également l'éruption explosive de la Montaña Blanca, proche voisine (à l'est) du complexe Teide-Pico Viejo. La dispersion d'une colonne de 15 km de hauteur a provoqué le dépôt de 250 millions de m3 de ponces sur une surface de plusieurs km2.

 

La variété des roches et produits volcaniques émis lors des éruptions a généré des paysages d'une beauté extraordinaire, riches en couleurs et qui rendent le randonneur minuscule devant ces témoignages des forces de la nature mises en œuvre il y a des millions d'années.